COMPAGNIE GENERALE FRANCAISE DES TRANSPORTS ET ENTREPRISES

une entreprise qui gérait des réseaux de transports en commun dans plusieurs villes françaises


CGFTE motif

a company which managed public transport networks in several French cities



Il s'agit d'un site d'archives historiques          -         This is a site of historical record

Une petite étude de la CGFTE par Richard Jacquemin


Dans les annees de transports hippomobiles
création de la CGFT (Compagnie Générale Française de Tramways) en 1875, et un an plus tard exploitation des reseaux du Havre, Nancy et Marseille.  Le premier tramway électrique de la CGFT était à Marseille en 1892. Au fil des années, les réseaux exploités comprenaient aussi Toulon, Cambrai et Saint-Quentin.

1950 : le réseau de Marseille devient une régie municipale (toujours le cas en 2021, la RTM 
Régie des Transports Métropolitains) et quitte la CGFT.
1951 : idem pour Toulon mais 40 % en régie et 60 % CGFT d'où nouvelle filiale RMTT (Régie Mixte des Transports Toulonnais).
1952 :  rachat de la CTR (Compagnie des Tramways de Rouen).
1953 : diversification des activités (notamment les cinémas) et la CGFT devient la CGFTE
(Compagnie Générale Française des Transports et Entreprises); la même année reprise du réseau de Bordeaux.

Urbain et Suburbain  Dans deux villes (Bordeaux et Nancy) il y avait des concessions distinctes pour les réseaux urbains et suburbains. A Bordeaux la CGFTE reprend les lignes urbaines du réseau TEOB en 1953 et en 1954 les lignes suburbaines du réseau TSB. Les deux réseaux ont fusionnés au 1er janvier 1969 pour les lignes et au 1er avril 1970 pour la tarification. Cela n'a pas été le cas à Nancy où les deux réseaux CGFTE urbain et suburbain étaient différenciés. En fait en 2021 ce sont toujours deux réseaux à Nancy (unique cas pour un réseau d une grande ville en France).

1976  :  reprend les actifs de la Compagnie des Tramways de Rouen
1977 :  la CTR fut remplacé par la TCAR (Transports en Commun de l'Agglomération Rouennaise). Il reste une filiale plutôt que directement exploitée comme Le Havre, Bordeaux et Nancy.
1979 :  reprise du réseau de Chambéry STAC (Service de Transports de l'Agglomération Chambérienne). On remarque bien le mot "Services" et non le mot "Société". Puisque c'est directemement la CGFTE qui gère le réseau sans besoin de créer une nouvelle filiale.

1986 : filiale SETAM réseau de Morlaix (Société d'Exploitation des Transports de l'Agglomération Morlaisienne)
1987 : filiale STUD réseau de Dieppe (Société des Transports Urbains de Dieppe).
1988 : filiale ST2A réseau Aix les Bains (Service des Transports de l'Agglomération Aixoise)  


La
même année 1988 la CGFTE est rachetée par le groupe CGEA (Compagnie Générale d'Entreprises Automobiles, fondé en 1912). Lors du rachat de la CGFTE par le groupe CGEA les 4 réseaux exploités en propre par la CGFTE (Le Havre, Nancy, Bordeaux, Chambéry) sont restés sous la même entreprise CGFTE. Les reseaux de Toulon et de Rouen sont devenus des filiales CGEA

Avec la CGFTE, la CGEA prend le
contrôle d'un groupe ancien, maitrisant une part significative du marché des transports urbains en France. Dans les années 90, il est décidé que tous les reseaux urbains CGEA seront transférés à la CGFTE. Seule exception en 1991 le réseau du Havre qui deviendra une filiale (CTPO - Compagnie des Transports de la Porte Océane) et quittera donc la CGFTE.

1990  :  perte réseau de Morlaix et gain du réseau de Niort (CGFTE)
1991 :  la CGFTE Le Havre devient la filiale CTPO
1992 :  CGFTE Cholet + CGFTE Montluçon (ex CGEA le dernier)

En 1992, une nouvelle filiale CGEA est créée pour exploiter leurs lignes interurbaines - CFTI Compagnie Française de Transports Interurbains.

1993 : CGFTE Villefranche sur Saône, Vierzon, Dieppe (ex CGEA)
1995  :  CGFTE Aix les Bains
1997 :  CGFTE Cannes + Bourges (ex CGEA) + gain réseau Beziers (auparavant en régie)

CGEA a été rebaptisé Connex en 1999.  Mais cette stratégie de regrouper tous les urbains en une seule entreprise dont le siège social se trouve à Paris va être sérieusement remise en cause par les élus municipaux. En effet à partir des années 2000, les élus souhaitent dorénavant une filiale locale dans leurs villes. C'est ainsi qu en 2001 et 2002, les reseaux de Bordeaux et de Nancy quittent la CGFTE et deviennent de nouvelles filiales locales du groupe CGEA Connex. Ce sera quand même la moitié du chiffres d'affaires  qui affectera les comptes CGFTE . Chambéry deviendra une filiale en 2005. C'en est donc fini des réseaux historiques de 1876 à 1979.

2000 : CGFTE Dieppe redevient une filiale : STUD
2001 : CGFTE Bordeaux qui devient la filiale Connex Bordeaux (puis Veolia Transport Bordeaux en 2006).
2002 : CGFTE Nancy qui devient la filiale Connex Nancy (r
éseaux urbain + suburbain)
2003 : CGFTE
Saint-Lô (ex STN) + Épinal (ex STAHV ancien réseau départemental). Perte du réseau de Cholet qui passe en régie.
2004 : CGFTE Villefranche qui devient la filiale Connex Villefranche + gain du réseau de Verdun
2005 : CGFTE Toulouse à la place remplaçant la SEMVAT. CGFTE Chambéry devient la filiale Connex Chambéry.

En 2006, Connex devient Veolia Transports.  Toutes les filiales ayant le mot Connex sont renommés Veolia Transports. La CGFTE est renommée Veolia Transports Urbains (VTU).

2006 : Suite à la reprise de la filiale Bus Est au groupe Piot,  le réseau de Verdun est transféré chez Bus Est.  Enfin le réseau de Toulouse redevient une régie après de nombreux débat houleux à la mairie de Toulouse.
2007 : VTU Arcachon (création d"un réseau qui n'existait pas encore). Perte des réseaux de Montluçon (remporté par Keolis) et Niort (qui devient une société d économie Mixte comme à Nantes et Grenoble).
2008 : VTU Grasse (près de Nice). Perte du réseau d'Aix les Bains ( emporté par Keolis puis RATP-Dev quelques années plus tard). Le groupe Veolia perd le réseau de Bordeaux ( remporté par Keolis).
2009 : VTU La Rochelle Suburbain + VTU Seine Eure (Louviers exploité auparavant par Cariane puis Keolis). Perte du réseau suburbain de Nancy (remporté la encore par Keolis).

2010 : VTU Antibes. Perte du réseau d'Épinal (remporté par .... Keolis.... toujours le même concurrent)
2011 : suite à fusion des groupes Veolia et Transdev,  transfert des réseaux de Bourges et Vierzon au groupe RATP-Dev. Gain du réseau de Mont de Marsan, qui deviendra une filiale en 2012.
2012 : le réseau de Cognac précédemment exploité par l historique Transdev est transféré à VTU.
2013 : suite à un cafouillage administratif,  le réseau de Cannes devient une régie.

VTU est renommé Transdev Urbain en 2013. Une partie de réseaux remplacent le mot Veolia Transport par le mot Transdev (notamment à Nancy et Chambéry).

2014 : le groupe Transdev / Veolia perd le réseau de Villefranche (et ce n'est pas Keolis mais Car Postal.... dont ce dernier groupe sera finalement repris par ....Keolis....)
2015 / 2016 : gain du réseau du Pays Basque (Hegobus à St Jean de Luz / Hendaye). VTU Arcachon devient la filiale Transdev Bassin d'Arcachon après un appel d offres mouvementé avec Keolis (recours en justice). Perte du réseau d'Antibes au profit de Vectalia puis quelques année plus tard à Keolis.


Fin 2015 ce sera le tout dernier gain avec le réseau de St Jean de Luz / Hendaye. Par la suite les élus insisteront dorénavant sur des filiales locales à chaque appel d'offres et renouvellement de contrat : Arcachon, La Rochelle Suburbain deviennent des filiales à part du groupe Transdev. Les reseaux d'Antibes et de Cognac seront perdus. Le chiffre d'affaires de Transdev Urbain diminue de plus en plus et la stratégie de regrouper tous les urbains en une seule entreprise se transforme en un véritable fiasco. Les élus décident dorénavant de la stratégie des filiales urbaines, les dirigeants du groupe Transdev (tout comme Keolis ou RATP-Dev) n'ont plus les mains libres.

2017 : Récupéreration du réseau de Niort mais une filiale sera créée quelques mois plus tard (Transdev Niort Agglomération).
2018 : Le réseau suburbain de La Rochelle devient la filiale Transdev La Rochelle (dépôt chez Ocecars, une autre filiale Transdev). Perte du réseau de Cognac repris par la STGA (exploitant municipal du réseau d Angoulême).

2019 : annee noire, très noire....  le groupe Transdev perd les grands reseaux de Chambéry et Nancy Urbain (les 2 remportés par Keolis).  Transdev Urbain perd les reseaux de Beziers (au profit de Vectalia qui exploite aussi depuis 1998 le réseau de Perpignan) et de
Saint-Lô (au profit des Cars Delcourt).. Les filiales du Havre et de Dieppe changent de dénomination sociale (CTPO renommé Transdev Le Havre et STUD renommé Transdev Urbain Dieppe).

Aujourd'hui en 2021, Transdev Urbain (successeur de la CGFTE et de VTU) n'exploite plus que 3 réseaux (14 en 1997, c'est dire la chute) :
- Grasse (nom commercial : Sillages)
- Louviers (nom commercial : Semo, anciennement Transbord)
- St Jean de Luz / Hendaye à la frontière espagnole (nom commercial : Hegobus)
Siege social de ces trois réseaux chez Transdev Urbain à Paris (Issy Les Moulineaux)

Ces trois réseaux seront remis en appel d'offres entre 2022 et 2024. Si Transdev remporte ces trois réseaux, une, deux ou trois filiales locales seront donc créés. Transdev Urbain n'existera donc plus. La stratégie de regrouper les urbains aura donc été fatale pour cette entreprise historique !

Trolleybus  Outre des tramways et des bus, la CGFTE était exploitant de trolleybus sur six de ses réseaux, à Marseille, Le Havre, Rouen, Nancy, Bordeaux et Toulon.



A brief study about the CGFTE by Richard Jacquemin


In the years of horse-drawn transport, creation of the CGFT (Compagnie Générale Française de Tramways) in 1875, and a year later operation of the networks of Le Havre, Nancy and Marseille. The first electric tramway of the CGFT was in Marseille in 1892. Over the years networks operated included also Toulon, Cambrai and Saint-Quentin.

1950: the Marseille network comes under municipal control (still the case in 2021, now as the RTM Régie des Transports Métropolitains) and leaves the CGFT.
1951: the same for Toulon but 40% under management and 60% CGFT, hence the new subsidiary RMTT (Régie Mixte des Transports Toulonnais).
1952: takeover of the CTR (Compagnie des Tramways de Rouen).
1953: diversification of activities (especially cinemas) and the CGFT became the CGFTE (Compagnie Générale Française des Transports et Entreprises); same year, takeover of the Bordeaux network.

Urban and Suburban  In two cities (Bordeaux and Nancy) there were separate concessions for the urban and suburban networks. In Bordeaux the CGFTE took over the urban lines of the TEOB network in 1953 and in 1954 the suburban lines of the TSB network. The two networks merged on January 1, 1969 for lines and April 1, 1970 for tickets. This was not the case in Nancy where the two urban and suburban CGFTE networks were kept separate. In fact in 2021 there are still two networks in Nancy (unique case for a network of a large city in France).

1976:  take over assets of the Compagnie des Tramways de Rouen
1977: the CTR becomes TCAR (Transports en Commun de l'Agglomération Rouennaise). It remains a separate subsidiary rather than being directly operated like Le Havre, Bordeaux and Nancy.
1979: takeover of the Chambéry network STAC (Service de Transports de l'Agglomération Chambérienne). Note the word "Services" and not the word "Company", since it is CGFTE which manages the network directly not needing to create a new subsidiary.

1986: new subsidiary SETAM réseau de Morlaix (Société d'Exploitation des Transports de l'Agglomération Morlaisienne.
1987: new subsidiary STUD réseau de Dieppe (Société des Transports Urbains de Dieppe).
1988: new subsidiary ST2A réseau Aix les Bains (Service des Transports de l'Agglomération Aixoise).

The same year 1988 the CGFTE is bought by the CGEA group (
Compagnie Générale d'Entreprises Automobiles, founded in 1912). Before the acquisition of the CGFTE by the CGEA group the four networks directly operated by the CGFTE (Le Havre, Nancy, Bordeaux, Chambéry) stayed under the CGFTE name.  The Toulon and Rouen networks became CGEA subsidiaries. 

By acquiring the CGFTE, the CGEA takes control of an old group, controlling a significant share of the urban transport market in France. In the 1990s, it was decided that all the CGEA urban networks would be transferred to the CGFTE. The only exception in 1991 was the Le Havre network which became a separate subsidiary (CTPO - Compagnie des Transports de la Porte Océane) and thus left the parent CGFTE.

1990: loss of Morlaix network and gain of  Niort network (CGFTE)
1991: CGFTE Le Havre becomes the CTPO subsidiary
1992: CGFTE Cholet + CGFTE Montluçon (latter former CGEA )

In 1992, a new CGEA subsidiary created to operate their interurban lines - CFTI Compagnie Française de Transports Interurbains.

1993: CGFTE Villefranche sur Saône, Vierzon, Dieppe (ex CGEA)
1995:  CGFTE Aix les Bains
1997: CGFTE Cannes + Bourges (formerly CGEA) + gain of the Beziers network (previously under council management).

CGEA was renamed Connex in 1999.  But this strategy of grouping all the urban operations into a single company with its headquarters in Paris will be seriously questioned by elected municipal officials. In fact, from 2000 onwards, elected officials now want a local subsidiary in their cities. Thus in 2001 and 2002, the networks of Bordeaux and Nancy left the CGFTE and became new local subsidiaries of the CGEA Connex group. It will still be half of the turnover that will affect the CGFTE accounts. Chambéry too will become a subsidiary company in 2005. This sees the end of the historical networks from 1876 to 1979.

2000:  CGFTE Dieppe becomes a subsidiary again: STUD
2001: CGFTE Bordeaux which becomes the Connex Bordeaux subsidiary (then Veolia Transport Bordeaux in 2006).
2002: CGFTE Nancy which becomes the Connex Nancy subsidiary (urban + suburban networks)
2003: CGFTE
Saint-Lô (ex STN) + Épinal (ex STAHV former departmental network). Loss of Cholet network to council control.
2004: CGFTE Villefranche which becomes the Connex Villefranche subsidiary + gain of the Verdun network.
2005: CGFTE Toulouse instead replacing SEMVAT. CGFTE Chambéry becomes the Connex Chambéry subsidiary.

In 2006 Connex becomes Veolia Transport.  All the subsidiaries with the word Connex are renamed Veolia Transports. The CGFTE is renamed Veolia Transports Urbains (VTU).

2006: Following the takeover of the Bus Est subsidiary from the Piot group, the Verdun network is transferred to Bus Est.  Finally, the Toulouse network becomes an agency again after many heated debates at the Toulouse town hall.
2007: VTU Arcachon (creation of a network which did not yet exist). Loss of networks of Montluçon (won by Keolis) and Niort (becoming a mixed economy company as in Nantes and Grenoble)
2008: VTU Grasse (near Nice). Loss of the Aix les Bains network (won by Keolis then RATP-Dev a few years later). The Veolia group loses the Bordeaux network (won by Keolis).
2009: VTU La Rochelle Suburban + VTU Seine Eure (Louviers previously operated by Cariane then Keolis). Loss of the Nancy suburban network (won again by Keolis).

2010: VTU Antibes. Loss of the Épinal network (won by .... Keolis .... still the same competitor)
2011: following the merger of the Veolia and Transdev groups, transfer of the Bourges and Vierzon networks to the RATP-Dev group. Gain of the Mont de Marsan network, which will become a subsidiary in 2012.
2012: the Cognac network previously operated by the historic Transdev is transferred to VTU.
2013: following an administrative mess, the Cannes network becomes a municipal operation. 

VTU is renamed Transdev Urbain in 2013. Part of the networks replace the word Veolia Transport by the word Transdev (in particular in Nancy and Chambéry).

2014: the Transdev / Veolia group loses the Villefranche network (and it is not Keolis but Car Postal .... from which this last group will be finally taken over by .... Keolis ....)
2015 / 2016: gain in the Basque Country network (Hegobus in St Jean de Luz / Hendaye). VTU Arcachon becomes the Transdev Bassin d'Arcachon subsidiary after an eventful call for tenders with Keolis (legal action). Loss of the Antibes network in favor of Vectalia then a few years later to Keolis.

At the end of 2015 this will be the very last gain with the St Jean de Luz / Hendaye network. Subsequently, elected officials will henceforth insist on local subsidiaries for each call for tenders and renewal of contracts: Arcachon, La Rochelle Suburbain become subsidiaries apart from the Transdev group. The networks of Antibes and Cognac will be lost. Transdev Urbain's turnover is decreasing and the strategy of grouping all the urban entities into a single company is turning into a fiasco. Elected officials now decide on the strategy of the urban subsidiaries, the leaders of the Transdev group (just like Keolis or RATP-Dev) no longer have a free hand.

2017: Recovery of the Niort network but a subsidiary will be created a few months later (Transdev Niort Agglomeration).
2018: The La Rochelle suburban network becomes the Transdev La Rochelle subsidiary (depot at Ocecars, another Transdev subsidiary). Loss of the Cognac network, taken over by the STGA (municipal operator of the Angoulême network)

2019: dark year, very dark .... the Transdev group loses the large Chambéry and Nancy Urbain networks (both won by Keolis). Transdev Urbain loses the networks of Beziers (in favor of Vectalia which has also been operating the Perpignan network since 1998) and of
Saint-Lô  (in favour of Cars Delcourt).
The Le Havre and Dieppe subsidiaries changed their corporate names (CTPO renamed Transdev Le Havre and STUD renamed Transdev Urbain Dieppe).

Today in 2021, Transdev Urbain (successor of CGFTE and VTU) only operates 3 networks (14 in 1997, that is to say falling):
- Grasse (trading name: Sillages)
- Louviers (trading name: Semo, formerly Transbord)
- St Jean de Luz / Hendaye at the Spanish border (commercial name: Hegobus)
The headquarters of these three networks is at Transdev Urbain in Paris (Issy Les Moulineaux).

These three networks will be put out to tender between 2022 and 2024. If Transdev wins these three networks, one, two or three local subsidiaries will be created. Transdev Urbain will therefore no longer exist. The strategy of bringing together all the urban operations will therefore have been fatal for this historic enterprise!

Trolleybuses  As well as trams and buses the CGFTE was an operator of trolleybuses in six of its networks, at Marseille, Le Havre, Rouen, Nancy, Bordeaux and Toulon.

CGFTE Bordeaux timetable cover 1966

CGFTE timetable cover Nancy 1970

CGFTE timetable cover Le Havre 1962



CGFTE logo Nancy 1994



CGFTE ticket Nancy



CGFTE ticket

DORSET (RURAL) DORSET (URBAN)
SOMERSET
WILTSHIRE
HAMPSHIRE
FAROE ISLANDS FRANCE (REGIONAL)
SCOTLAND
FRANCE (NATIONAL)
LINCOLNSHIRE